L’organisation et la gouvernance agile

« Etre acteur, c’est être créateur »

– Identifier et actionner les leviers qui vont renforcer les individus au profit du collectif

– Responsabiliser et rendre autonomes les acteurs de l’entreprise

– Attirer et conserver les talents porteurs des valeurs et de la vision de l’entreprise

Savoir-faire :
– Alignement des process de décision et d’interaction avec la stratégie
– Répartition des rôles et responsabilités au service de la vision
– Gouvernance agile d’entreprise

Notre démarche se fonde sur le lien gouvernance/ groupes/ personnes, une approche de l’organisation et de la gouvernance du projet prenant le pouls des personnes au travers de leurs tensions pour faire évoluer le système jusqu’à trouver l’équilibre agile

Nous proposons une analyse systémique des tensions humaines perçues par les acteurs internes. Dans notre approche les tensions vécues sont  l’expression du dysfonctionnement du système dans lequel les collaborateurs travaillent. Ils sont souvent « plongés » dans le système, et n’ont pas conscience de la nature systémique des tensions qu’ils éprouvent, ce qui génère le plus souvent conflits et souffrances.

Par conséquent, le mode d’action systémique que nous vous proposons consiste à modifier le mode de relation d’une personne avec d’autres acteurs du système.

2 cadres de référence pour concevoir notre intervention :
– le modèle de Barry Oshry,
– le modèle de la gouvernance en cercle, comme modèle de changement des relations entre les acteurs et comme modèle d’agilité.

1 – le modèle de Barry Oshry

Selon Barry Oshry, des tensions systémiques spécifiques sont vécues au sein de chacun des différents niveaux hiérarchiques des systèmes, où les acteurs vivent dans des « mondes » différents :

tableau_oganisation

Chaque acteur du système a ses propres leviers de puissance, différents selon les niveaux.

2 – la gouvernance en cercle, au service des organisations et des individus

Issu du modèle de gouvernance sociocratique et des approches plus récentes des entreprises « libérées », le modèle de la gouvernance en cercle propose une palette de principes et d’outils organisationnels et relationnels permettant de favoriser l’agilité des organisations et d’augmenter leur efficacité, tout en réduisant les tensions humaines. Parmi ces outils, on peut citer par exemple :

– Le principe de séparation des rôles et des personnes, qui permet aux personnes de se distancier de leurs tensions systémiques

– La prise en compte des tensions humaines comme point d’entrée des réunions opérationnelles. L’objectif étant de libérer la tension de la personne qui exprime celle-ci tout en identifiant l’action concrète à mettre en œuvre immédiatement au service de l’organisation.

La gouvernance en cercle : Une approche agile qui favorise l’humain et lève les conflits

La gouvernance en cercle est un mode innovant de gouvernance agile des organisations qui apporte de remarquables bénéfices humains tels que :

– Séparer les rôles des personnes physiques qui les « énergétisent », elle permet aux acteurs de se distancier de leur fonction et de prendre du recul par rapport aux tensions dues à leur fonction

– Doter l’organisation des moyens de s’auto-adapter pour lever les tensions systémiques et les réduire progressivement

– Faire émerger des processus de nomination par consentement des personnes clé, elle donne à celles-ci une légitimité très forte et leur donne les conditions d’un leadership affirmé

– Remonter « au bon niveau » les résolutions des tensions systémiques, elle met les bons acteurs devant leurs responsabilités et protège les acteurs du niveau inférieur

– Faire des tensions personnelles le point d’entrée de l’ordre du jour des réunions, elle vise explicitement un allègement des tensions personnelles ressenties par tous les acteurs

– Organiser de façon très stricte le processus d’échange dans les réunions, elle permet de traiter toutes les tensions de façon simple et systématique

– Permettre à chaque acteur d’avoir la plus grande autonomie possible au sein de son rôle elle donne à chaque acteur la protection et la puissance dont il a besoin